ACCUEIL arrow Informations utiles arrow POSES, l’hôtel, la base et son président

CALENDRIER

Septembre 2017 Octobre 2017 Novembre 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
POSES, l’hôtel, la base et son président Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Didier PIEDNOEL   
23-07-2017

Depuis la parution de la Dépêche de jeudi, vous êtes plusieurs à me questionner sur un projet d’hôtel de 70 chambres et de port de plaisance de 200 anneaux au Mesnil...

Ce qu’il faut savoir : ce projet résulte d’un appel à manifestations allant de Paris au Havre, pompeusement baptisé « Réinventons la Seine ».  Le Syndicat Mixte de la Base s’est porté candidat, et un seul groupement d’architectes est allé, en ce qui concerne POSES, au bout du processus, alors qu’ils étaient trois au départ.

Le 6 juillet dans les locaux du Port de Rouen, un jury présidé par M. Bernard LEROY, président de la CASE, M. Frédéric SANCHEZ, président du Pôle métropolitain rouennais, en ma présence et celle de Jean-Philippe BRUN, président de la Base, a retenu ce projet… Compte tenu de son caractère à la fois intéressant, mais aussi potentiellement préoccupant pour les riverains et la population, il a été décidé que le candidat ferait sa première présentation au Conseil municipal de POSES, avant toute publicité dans les médias.

Chacun a joué le jeu, en particulier M. Bernard LEROY et moi. Deux conseils municipaux ont eu lieu récemment, consacrés aux rythmes scolaires. M. LEROY aurait souhaité que j’en fasse un troisième ce qui n’a pas été possible. Nous avons donc convenu de tenir ce Conseil en présence des architectes du projet début Septembre. Je n'ai pour ma part informé que de manière verbale le conseil municipal mais me suis gardé de confidences à la presse.

C’était sans compter sur la Dépêche et sur M. BRUN. La Dépêche, informée de la vingtaine de projets retenus de Paris au Havre, aurait harcelé M. BRUN, qui, comme toujours depuis qu’il est président, a choisi d’ignorer les élus et la population posienne, et en rompant l’accord de discrétion.

La Dépêche interroge M. BRUN, mais ignore la mairie de POSES, alors qu’un précédent existe, quand souvenez-vous, le président de la BASE voulait installer sur l’ile du Trait un ponton pour les bateaux de croisières de 130 mètres de long, et aménager l’ile du Trait… classée NATURA 2000… sans consulter la mairie. J’avais alors été obligé de demander un droit de réponse pour dénoncer un projet stupide.

Notons aussi que la commune de Val-de-Reuil est elle aussi concernée, mais pas plus interrogée.

Pourquoi ce projet pose-t-il questions ?

  • Parce que depuis quelques années le Lac du Mesnil se transforme déjà de plus en plus en zone privée, non accessible aux Posiens ; que la décision de ce "Fort Knox" avait été prise avant l’actuelle présidence mais que l'actuelle refuse de revenir sur le sujet...
  • Le projet dont il est question’est la réflexion d’un groupe de concepteurs qui ne s’est pas encore présenté avec l’investisseur qui aura plusieurs dizaines de millions à mettre sur la table…Pas plus qu’ils n’ont identifié un opérateur (un groupe hôtelier…) ; 
  • Que ce groupe a six mois pour trouver ces investisseur et opérateur ;
  • Que ce projet touche au devenir de Poses, sur lequel nous avons (encore…) à nous prononcer au travers du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal qui va venir remplacer notre vieux POS… et des permis de construire…
  • Parce que ce projet se trouve dans des zones protégées…
  • Parce que sont mises en avant des retombées financières en matière de taxes foncières : mais rappelons que depuis sa création la Base a bénéficié de l’exonération de ses taxes foncières ! Le même Syndicat Mixte de la Base qui lui exige d’ores et déjà de l’opérateur qui sera trouvé (?!!!) une contrepartie financière de 200 000 euros annuelle !

En bref, vous l’aurez compris, il devient très compliqué de travailler avec la Base de Loisirs et son président. Il se considère comme le maire de Poses, voire celui de Val-de-Reuil, dans doute pour mieux se faire valoir des présidents des conseils départementaux et régionaux. Lesquels conseils, pour la Seine-Maritime et la Région se sont retirés du tour de table financier, et pour celui de l’Eure conditionne de plus en plus sa participation.

Et ce depuis la présidence de M. BRUN, qui, perdant tous ses soutiens, est donc amené à tenter d'imposer des projets sans la nécessaire concertation !

Mais qui nécessitent l’accord des Posiens…

Dernière mise à jour : ( 23-07-2017 )
  >
< Précédent   Suivant >