ACCUEIL arrow Derniers articles arrow La Batellerie... en Juin 1993 !

CALENDRIER

Novembre 2018 Décembre 2018 Janvier 2019
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
La Batellerie... en Juin 1993 ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Secrétariat de Mairie   
21-08-2008

Sur indication d'un membre de l'association (M. ALex DROISSART) nous avons retrouvé dans les archives un vieux numéro de la revue "EURE Inter Magazine" de Juin 1993 dont l'un des articles était consacré à POSES. Nous le reproduisons ci-dessous !

 

La couverture du magazine de l'époque :

pagedegarde016.jpg

Et l'article consacré à l'association : 
page1et2-format800bis.jpg
page3et4-format800.jpg
Le texte de l'article est repris ci-dessous :
 

Un bateau, c'est beau un bateau. C'est synonyme de liberté, d'aventure et de grand large. Le   "Fauvette" n'échappe pas à la règle. Et pourtant, ce vieux et robuste remorqueur, construit outre-­Rhin en  1928, n'a jamais quitté la Seine. Jamais.

A peine mis à l'eau, en amont de Paris, on lui attela un train de péniches entier. Cinq gros chalands bourrés jusqu'à la gueule de charbon, de billes de bois et de fûts de vin. "Fauvette" s'acquitta de sa tâche sans broncher. Son gros diesel musclé de 600 chevaux n'avait aucun mal à traîner tout son monde à une époque où la plupart des autres remorqueurs naviguaient encore à la vapeur.

Imaginez alors un convoi d'un kilomètre de long. "Fauvette" en tête, une portée de péniches solidement accrochées à ses basques. Un câble d'acier long de 120 mètres séparait le remorqueur du premier chaland (on l'appelait "remorque de mât"). Lui-même long de 80 mètres bien tassés. Ensuite, à environ 55 mètres de distance, venait le second chaland, plus petit, d'environ 50 mètres de long, et les autres suivaient à la queue leu leu. Des bateaux costauds, rustiques, que pilotaient au gouvernail un ou deux mariniers.

L'ensemble avançait doucement mais sûrement et pouvait charrier plusieurs milliers de tonnes de marchandises diverses comme du sucre, du café, des oléagineux, des phosphates et plus tard du pétrole.

Le "Fauvette" appartenait alors à la Compagnie des Oiseaux dont le siège était situé à Paris, près du quai d'Austerlitz. Ses cousins et frères remorqueurs s'appelaient le "Pivert", le "Loriot", "Bergeronnette", "Sansonnet", "Mésange"... Une vraie volière !

Classé monument historique

Alfred Cirette (1), dit "Malbrough", est aujourd'hui l'un des piliers de l'association des "Anciens et amis de la Batellerie" de Poses. Il se souvient de ses débuts sur un remorqueur. "On était souvent trois à bord. Le capitaine, le mécanicien et le matelot. Au début, tout gamin, f étais chargé de baisser la cheminée à chaque fois que nous franchissions un pont. C'est aussi moi qui lavais les briquettes de charbon utilisées pour le chauffage."

En 1956, changement de régime. "Fauvette" passe un bref séjour dans un chantier naval et se métamorphose en "pousseur". Il ne tire plus, il pousse les chalands et a changé de région. Depuis 1945, il navigue entre Paris et Rouen. Ce régime de croisière va durer jusqu'en 1974.

"Fauvette" est alors mis au rencard. Désarmé, on l'abandonne à Conflans-Ste-Honorine, la patrie des bateliers. Les pousseurs modernes ont pris la relève et la plupart des vieux remorqueurs de sa génération ont fini sous les chalumeaux des ferrailleurs. Est-ce la fin ? Pas encore. Une bande d'anciens mariniers va le sauver in extremis du naufrage. Il était temps : "Fauvette" était le der­nier remorqueur datant du début du siècle encore entier. En bien triste état, mais complet !

C'est le maire de Poses, Hubert Labrouche, qui, le premier, a eu l'idée de sauver l'ancien remorqueur. Pourquoi ? "Parce que Poses est un ancien village de mariniers. La plupart des capitaines de remorqueurs demeuraient ici autrefois. Nous avons voulu renouer avec cette tradition en créant un musée de la batellerie", explique-t-il.

Acheté par la commune 53 000 F fin 1986, le "Fauvette" va être restauré et réaménagé de A à Z par la dizaine d'anciens mariniers de Seine qui forment le noyau dur de l'association. Tous sont bénévoles et la plupart à la retraite. Parmi eux, on trouve "La Pinaille", le mécanicien de la bande, "Petite soupe", "Fine cuisse", "La Colombe"...

De 1986 à 1990, tous les gros travaux sont effectués, financés par une petite subvention communale, la vente de pin's, de cartes postales, et les cotisations des membres actifs et bienfaiteurs... "Fauvette" perd ses vilains bourrelets de pousseur, sa coque retrouve la ligne, le moteur est remis à neuf, le carré arrière est entièrement reconstitué avec ses lambris de sapin verni, son lit "bateau" et sa cuisine de poupée...

Un jour de l'année 1990, "La Pinaille" et Alfred Cirette travaillent sur le remorqueur. Ils ont terminé leur travail et observent une pause. Ils sont là, songeurs, à regarder couler le fleuve. Soudain, "La Pinaille" propose : "Et si on essayait le bateau ?" "Banco !", lui répond Alfred, et, ni une, ni deux, les voilà qui larguent les amarres pour s'en aller faire le tour des îles...

Cette première sortie sera suivie de bien d'autres. Notamment avec à bord le conseil municipal au grand complet le jour de l'inauguration officielle du remorqueur.

Depuis, "Fauvette" a participé à de nombreuses fêtes nautiques au Havre, à Chatou, à Conflans, à Amfreville-la-Mivoie... Plus récemment à Paris, à l'occasion du tournage du film de Dominique Maillet, "Le roi de Paris" avec Philippe Noiret et Michel Aumont, "Fauvette" a joué les vedettes du grand écran.

Classé monument historique depuis le 13 mars 1992, "Fauvette" se visite tous les dimanches (et c'est gratuit). Vous pouvez également louer ses services pour une fête ou une exposition sur le thème de la batellerie (renseignements au 32.59.07.16).

Le 3 juillet prochain, il participera à l'opération l'Eure en fleurs (visites de 9 h à 18 h). Le 15 août, on le retrouvera en Seine et Marne, à Saint-Mammes, pour la fête de la batellerie locale.

Les 11 et 12 septembre, il sera l'une des attractions de la "Grande fête de l'eau" qui se déroulera à Poses en collaboration avec diverses associations : "Séquana" de Chatou, "La Jolie plaisance" d'Enghien, "Les Cordiers de Fin d'Oise" de Conflans-Sainte-Honorine.

Si vous passez par Poses rendre visite au glorieux remorqueur, n'oubliez pas d'aller jeter un œil sur le Midway II. Il s'agit d'une péniche amarrée non loin de "Fauvette" qui est en cours de restauration. Lorsque tout sera terminé (vers la fin de l'été), les "Anciens et amis de la batellerie" de Poses ont l'intention d'ouvrir dans ses flancs un musée consacré aux navires de Seine d'hier et d'aujourd'hui.

(1) Alfred CIRETTE nous a quitté en 2004... 

 
Dernière mise à jour : ( 25-08-2008 )
  >age-36.html#0'; ?>
< Précédent   Suivant >